Sans titre 15156

DmYuT-iNg4Lgwa6aIKGcNn0XLtA

Faites place, la voilà de retour ! Sept ans après avoir découvert les origines de Maléfique, les studios Disney nous emmène dans le Londres des années 70 pour nous raconter le passé de la plus extravagante de toutes les méchantes de l’histoire du cinéma : Cruella d’Enfer ! 
Un film audacieux comme il n’y en avait pas eu depuis longtemps chez la sourie, mais ô combien brillant !

Synopsis :
Estella, une jeune fille pleine d’énergie douée d’une grande créativité, voit le monde à sa manière. Hantée par le souvenir de sa mère qu’elle a perdue très tôt, elle cache ses cheveux naturellement noirs et blancs sous une teinture rouge et se sent différente, étrangère parmi les gens plus ordinaires. En compagnie de ses amis Jasper et Horace, elle mène une vie de délinquance et de petites arnaques, utilisant son imagination et son grand talent de couturière pour créer des déguisements aussi brillants que variés. Mais alors que ses complices se contentent de survivre, elle rêve de son côté d’une vie meilleure qui lui permettrait de devenir créatrice de mode.

Cruella d’Enfer (Cruella de Vil de son nom original) est née dans le roman « Les cent un dalmatiens » écrit pat Dodie Smith et publié en 1956.  Dès sa sortie, Walt Disney acquiert les droits pour une adaptation cinématographique. En 1961, le public découvre donc le film d’animation « Les 101 Dalmatiens », une production réussie aussi bien sur le plan visuel que technique. Mais la vraie réussite de ce film, est sans aucun doute ses personnages et notamment celui de Cruella d’Enfer, une femme démoniaque, obsédée par les fourrures et kidnappeuse de chiens, créé et animé pour le film par Marc Davis. Le public sera de suite hypnotisé par ce personnage colérique, égocentrique, au look qui ne passe pas inaperçu et à la voix haut perchée portée en anglais par Betty Lou Gerson.
En 1996, les studios Disney, proposent un remake en prises de vues réelles avec Glenn Close, inoubliable et magistrale dans le rôle de la célèbre méchante.  Ce long-métrage connaîtra une suite en 2000 avec « 102 Dalmatiens ». Le film d’animation aura également le droit à sa suite en 2003 « 101 Dalmatiens 2 : Sur la Trace des Héros ». Enfin deux séries animée compléteront la franchise, en 1998 avec « Les 101 Dalmatiens – La Série » puis en 2019 avec « 101, rue des Dalmatiens ».

pagepage1

Ce n’est qu’après le succès  de la préquelle en prises de vues réelles de « La Belle au Bois Dormant » centrée sur Maléfique que les studios Disney ont eu l’idée d’explorer les origines d’autres personnages malveillants tirés de leurs classiques animés.
C’est donc après tant d’années d’exubérance et d’attitudes théâtrales, que Cruella a enfin son propre film réalisé par Craig Gillespie.
« Cruella » est sans conteste un film audacieux, et, à l’instar de « Maléfique » respectueux de son univers original mis en place dans « Les 101 Dalmatiens ». Cependant il n’en est pas le remake, ni une préquelle des deux films en prises de vues réelles sorti précédemment. En fait, « Cruella » est une œuvre totalement originale, un long-métrage à prendre plutôt comme une totale réinterprétation des personnages que l’on connaît bien.
Hormis Cruella, les fans auront également le plaisir de retrouver autour d’elle : Jasper, Horace, Anita et Roger, mais aussi de nombreux éléments qui feront rappeler le film original comme la voiture qu’elle conduit toujours aussi mal ou alors le Manoir d’Enfer. Évidemment quelques dalmatiens ne sont jamais très loin.
D'ailleurs, il est imortant pour les spectateurs de ne pas rater, la scène post-générique, qui permet ainsi de lier cette histoire avec celle présentée dans « Les 101 Dalmatiens ». Cependant elle soulèvera de nombreuses questions…

12_cruella_dtlr1_4k_r709f_still

Savant mélange de différents styles, « Cruella » passe par différents univers que sont le braquage, la comédie et même le thriller psychologique. Difficile dès lors, de ne pas voir un savoureux mélange bien dosé de « Ocean’s 11 », « Le Diable s’habille en Prada » et « Joker ». Un scénario donc parfaitement ficelé qui arrive à tenir en haleine le spectateur du début à la fin. Si l’introduction narrée par l’héroïne pourra sembler assez long, celle-ci s’avère réellement nécessaire pour comprendre certains points de la personnalité de Cruella. C’est alors qu’ensuite, nous suivons tout au long du film le parcours diabolique qu’entreprend la jeune et attachante Estella pour devenir Cruella, dont le côté sombre n’est jamais atténué. Un parti prit surprenant pour un film Disney qui n’hésite pas à respecter sous toutes les coutures le personnage, quitte à peut-être « choquer » une partie du jeune public.
En effet, certaines actions poussées par méchanceté mais surtout par un fort désir de vengeance, seront mal compris par les jeunes spectateurs qui n’en saisiront pas toujours le sens. 
Mais le point fort de l’histoire est sans aucun doute ses personnages et leurs relations superbement écrites. On pensera notamment au duo formé par Estella et la Baronne qui ne cesse de se disputer la place numéro un de grande prêtresse de la mode. Un affrontement jubilatoire toujours dans la politesse et dont la violence se fera de plus en plus forte mais toujours dans la politesse et la classe.

CRU-00233_R3_C

Le plus bel atout du film « Cruella » est donc sans conteste ses personnages.
Le premier et unique choix du studio pour incarner le personnage mythique de Cruella a été Emma Stone, qui venait alors d’obtenir sa première nomination aux Oscars pour « Birdman ». C’était avant la sortie de « La La Land », pour lequel elle a remporté l’Oscar de la meilleure actrice. Et cela s’avère être un excellent choix tant le travail d’interprétation est magistral. Emma Stone s’amuse et arrive haut la main à faire oublier Glenn Close, en proposant une interprétation très différente.
Pour incarner le personnage le plus responsable de la transformation d’Estella en Cruella, les réalisateurs ont choisi Emma Thompson, deux fois oscarisée. Le rôle de la Baronne vient s’ajouter à toute une galerie de personnages mémorables dans des films exceptionnels tels que : « Retour à Howards Ends », « Vestiges du Jour », « Raison et Sentiments » ou encore « Dans l’Ombre de Mary – La Promesse de Walt Disney » pour ne citer qu’eux.
L’actrice, propose elle aussi une interprétation à la hauteur de son talent et apporte toute la cruauté nécessaire à son personnage. Dans certaines scènes, Emma Thompson y est bluffante et excelle dans son rôle de méchante.

CRU-03625

Pour incarner Horace et Jasper, les célèbres comparses de Cruella, le réalisateur a choisi Joel Fry et Paul Walter Hauser. Joel Fry est surtout connu pour ses rôles dans le film de Danny Boyle « Yesterday » et dans la série à succès « Game of Thrones », tandis que Paul Walter Hauser a joué le personnage principal du film de Clint Eastwood « Le Cas Richard Jewell » et a tenu le rôle de Shaun dans le film précédent de Craig Gillespie, « Moi, Tonya ». Les deux personnages à la personnalité bien plus développée que dans les opus précédents, y sont ici étonnamment attachants.
Le reste du casting est un peu plus anecdotique mais on retiendra quand même la présence de John McCrea qui joue Artie, le propriétaire d’un magasin de vêtements vintage de Portobello Road, et personnage représentant ouvertement la communauté LGBT, une première dans un long-métrage Disney.
Mark Strong, bien connu pour ses rôles dans « 1917 »« Miss Sloane », « Kingsman : Services Secrets » ou encore « Imitation Game », joue John, le valet. Mystérieux et secret, c’est un membre de confiance de l’entourage de la Baronne.
En revanche nous avons été déçus par l’interprétation de l’actrice Kirby Howell-Baptiste et de l’acteur Kayvan Novak, dans les rôles respectifs d’Anita Darling et de Roger Dearly.

CRU-23586

« Cruella », est un film visuellement magnifique ! Que ce soit au niveau des décors et des costumes, le spectateur en prend littéralement plein les yeux. Les robes que portent la Baronne et Cruella sont toutes aussi belles les unes que les autres avec deux styles diamétralement opposé : classe et sophistiqué pour l’une, excentrique pour l’autre. S’il fallait retenir une scène visuellement bluffante, ce serait sans doute celle du bal Noir et Blanc au cours duquel Cruella se révèle dans une robe rouge sang de la friperie d’Artie, sur laquelle elle porte une somptueuse cape blanche générée par ordinateur.
Ces costumes n’auraient pas le même éclat sans les magnifiques décors qui plongent le spectateur dans le Londres des années 70. La chef décoratrice Fiona Crombie et l’ensemblière Alice Felton, toutes deux nommées aux Oscars pour « La Favorite » ont fait un travail somptueux afin de retranscrire à la perfection l’ambiance punk dans laquelle s’inscrit l’histoire. Les décors, sont dans ce film tous richement détaillés et renseignent parfaitement le spectateur sur l’histoire, le cadre de l’action et les personnages.

CRU-20144_R

L’autre force du long-métrage, est sa bande-originale particulièrement rythmée. Pour composer la musique instrumentale de « Cruella », le cinéaste a choisi le très demandé Nicholas Britell, qui a été nommé aux Oscars pour son travail sur « Moonlight » et « Si Beale Street Pouvait Parler » entre autres. Si sa partition manque cruellement de saveur, ce n’est pas le cas des morceaux choisis qui complète la musique orchestrale. En effet la production a engagé Susan Jacobs, qui avait collaboré avec Craig Gillespie sur « Moi, Tonya » afin d’incorporer au film des chansons d’époque, encrant définitivement le film dans l’ambiance des années 70. De Doris Day aux Doors en passant par Queen et Nancy Sinatra, la bande son bénéficie d’une grande richesse musicale, rendant parfaitement hommage à son époque. Pour le générique, c’est une chanson originale « Call Me Cruella » qui a été composée par Florence Welch, Jordan Powers, Nicholas Britell, Steph Jones et Taura Stinson et interprétée par Florence and the Machine.
Enfin, les fans reconnaîtront également la chanson « Cruella De Vil » tirée du classique d’animation.

« Cruella » est bien plus qu’une simple origin story, c’est une oeuvre original offrant à ses spectateurs de nombreuses propositions en terme de mise scène. Craig Gillespie a semble-t-il été adoubé par les studios Disney afin de proposer un film beaucoup plus osé qu’a l’accoutumé. Son duo d’actrices que l’on aime détester, ses costumes flamboyants, sa musique entraînante et ses rebondissements surprenants font de « Cruella », un film décidément inoubliable, à classer du côté des chefs-d’œuvre !